RAMEAUX D'OMBRES

 

Spectacle en un acte et neuf tableaux

De Juan Le Parc avec le groupe Tumbaga

 

60 mn -1987

 

 

Rameaux d'ombres est un spectacle expérimental, dérivé de recherche réalisée sur diverses disciplines : la danse, les arts plastiques, le théâtre et la musique. En sachant que l’évènement artistique stimule partiellement la sensibilité du spectateur, Rameaux d'ombres propose une expérience multi sensoriel, dans laquelle le public est stimulé par la vue, l'ouïe, le goût, l'odorat et  le toucher.

 

 Dans un espace visuel ou surgisse des ombres en mouvement, se rencontre l'homme de cendre, l'homme végétal et l'homme rameaux : ils s'alimentent, font des rites, chasse, lutte pour leurs existences. Les différentes images expriment de manière tangible l'aspect invisible des choses : à chacune des rencontres se révèlent un certain sens du sacré, du divin et de son cortège de mystère.

 

 

1- Le palenque.

 

Dans un espace et un temps indéfini, deux caciques, ivres d'orgueil, d'intolérance et avide de pouvoir, entraîne leur peuple à la destruction.

 

2- Une aube naissante.

 

Dans un centre d'émergence subsiste quelques survivants : l'Homme de cendre, les jumeaux jimaguas, le donneur de vie, l'homme végétal. Ensemble il évoque des rites de survie.

 

3- Révélation du premier mystère.

 

L'homme de cendre se révèle être comme l'autre face de l'homme végétal : son ombre, la mémoire de la destruction.

 

4- Le jardin invisible.

 

La procession quotidienne vers le jardin invisible est initié : les survivants exécutent un rite de communauté avec la nature ; celle-ci en échange, leur procure des aliments journaliers. Ensemble ils combattent l'adversité avec un esprit commun en partageant le fruit de leur chasse.

 

5- Le chasseur.

 

L'arrivé de l'homme rameaux crée des doutes. Mais l'homme végétal reconnaît le continuateur de l'espace et l'invite à célébrer l'accomplissement de la prophétie tant attendu.

 

6- La danse des ombres.

 

L'homme de cendre arrive à la conclusion de son cycle vital. Attiré par les ombres, il danse jusqu'à son dernier souffle son bal macabre.

 

7- Le fantôme.

 

Il est téméraire de pénétrer sur les territoires inconnus de la mort, l'homme de cendre revient en fantôme pour tourmenter les vivant. Il doit être exorcisé.

 

8- Le thanatophone.

 

Dans une décharge technologique, les survivants introduisent le fantôme dans une cabine téléphonique et nourrissent sa mémoire pour ne pas oublier le pouvoir destructeur des hommes.

 

9- Les eaux lustrales.

 

Enfin apaisé, les survivants repartent vers le campement. Un sentiment d'harmonie fugace traverse le groupe. Ils se sentent solidaire, émus par la force de l'amour humain.

 

 

 

 

FICHA TECNICA DE RAMA DE SOMBRA

 

Direccion: JUAN LE PARC

Asesor de direccion: EDGAR SOBERON TORCHIA

Asistente de direccion: LILY KOSTER

Produccion: ELI JIMENEZ

Asistentes de produccion: ROBERTO ENRIQUE KING- EVITA MELENDEZ- DIDIO MUNOZ- RAFAELA DE LOURDES MORENO

Libreto: JUAN LE PARC Con la colaboracion de EDGAR SOBERON TORCHIA

Musica: VIRGILIO ORTEGA SANTIZO

Asesor grafico: PEDRO MONTANEZ

Disenos: (Escenografia, luces, vestuario, graficos): JUAN LE PARC

Vestuario, graficos: ELI JIMENEZ

Utileria: LILY KOSTER-DIDIO MUNOZ-JUAN LE PARC

Promocion y divulgacion: ROBERTO ENRIQUE KING

Realizacion de vestuario: DELICIA MONTANEZ-JUAN LE PARC- DIDIO MUNOZ-YANI MARTINEZ-ELI JIMENEZ

Luminotecoia: ROBERTO LIC

Sonido: UBALDO RODRIGUEZ

Fotografias: CARLOS GUARDIA- RICARDO LOPEZ- SANDRA ELETA-LUIS PALOMO

Peluqueria: TRISTAN RAFAEL

Taquilla: YANI MARTINEZ

Elenco (en orden de intervención):

Caciques / EDGAR SOBERON TORCHIA- JUAN LE PARC

Hombre de cenizas / IGUANDILI

Los jimaguas / DARIEN MONTANEZ-CAMILO MONTANEZ

Hombre vegetal / VIELKA CHU

Musico / VIRGILIO ORTEGA SANTIZO

Hombre de rama / DIDIO MUNOZ